Émilie Rioux, la passion pure

Que vous soyez dans la foule étouffante des Plaines, en perfo acoustique dans un bar minuscule où 10 spectateurs peinent à s’entasser, ou encore à une première de théâtre, vous ne serez nullement étonné de tomber nez à nez avec Émilie Rioux.

Sur la scène culturelle de Québec, la jeune animatrice hyperactive est partout à la fois, constamment à la recherche d’un artiste à faire découvrir (ou redécouvrir) aux auditeurs de son émission culturelle quotidienne Chéri(e), j’arrive!, sur les ondes de CHYZ 94,3.

Chaque fin de journée, devant son micro, elle fait partager son amour de la scène à son auditoire. « Sur scène, le musicien ne peut pas tricher. En plus, il y a le public à qui il s’adresse quand il joue qu’il doit accrocher », explique-t-elle. Pour elle, la foule est d’une importance capitale dans la performance d’un artiste.

Elle s’intéresse à toutes les formes d’art, mais les arts de la scène ont une place singulière dans son cœur. Il y a d’abord le théâtre et la danse, que la diplômée en théâtre de l’Université Laval apprécie particulièrement. Ensuite, il y a bien sûr la musique. Et dans ce cas, peu importe le style, rien ne remplace une performance live à ses yeux.

 Je vais toujours garder un souvenir plus vif d’un spectacle que d’un album. J’ai beau écouter le disque 200 fois, il y a quelque chose de particulier dans le spectacle qui rend la musique plus précieuse et unique.
 
 
Secouer son quotidien pour briser la morosité

À l’ère des Netflix et autres Spotify, Émilie remarque qu’il semble de plus en plus difficile pour plusieurs d’amasser la force nécessaire pour se décider à sortir. « Il y a des gens qui sont angoissés par le fait de sortir. Moi, ce qui m’angoisse, c’est d’imaginer un monde où les gens ne sortent plus », blague-t-elle à moitié.

Pour elle, ce qui distingue une soirée passée à rire, pleurer ou danser lors d’un spectacle d’une soirée à la maison devant Netflix, c’est l’imprévisibilité.

 Quand tu restes à la maison devant un film, la chose la plus incroyable qui peut t’arriver, c’est de te faire du popcorn, ricane celle qui travaille fort pour attirer le plus de gens possible dans les salles de spectacle. Alors que sortir de chez soi est une aventure. Il y a plein de choses intéressantes et nouvelles qui peuvent t’arriver. 

D’autant plus que l’offre musicale de la région de Québec n’a rien à envier à celle d’autres villes. En plus d’une scène locale en ébullition, Émilie a la chance de couvrir les artistes de toute la planète qui déposent leurs road cases dans la capitale le temps d’une soirée. « Mon voisin musicien qui joue au Cercle, c’est malade, mais en même temps je ne pense pas qu’on passe à côté des grands spectacles internationaux », souligne-t-elle.

Prêcher l’évangile de la diversité

À CHYZ, Émilie Rioux s’est donné comme mission de faire découvrir à ses auditeurs des artistes qui sortent des normes radiophoniques.

« Mon cheval de bataille aura toujours été de prendre des artistes et des genres que les gens considèrent comme étant très hermétiques et de leur montrer que ce n’est vraiment pas si pire », explique-t-elle.

 C’est comme de la bonne bière, image-t-elle. C’est clair que tu ne vas pas toutes les aimer, mais il faut en goûter plusieurs si tu veux trouver celles qui te plaisent. 

C’est avant tout cet amour sincère d’une multitude de genres artistiques différents et éclectiques qu’Émilie Rioux amène à son émission et à l’univers culturel de la ville de Québec.

 Quand je suis arrivée à CHYZ, je me suis dit que j’avais une maudite belle plateforme. Je pense vraiment qu’on a besoin de se faire donner un petit coup de pied dans le derrière pour découvrir toute la richesse de notre culture. 

 

Texte: Louis-Philippe Bouliane
Photo: Éric Leblanc